section boucherie 3ifa alencon

31

03 2012

Encore deux récompenses à la boucherie Chevallier

Roland Chevallier et son épouse n’en finissent pas de récolter des prix pour leurs produits culinaires. Le boucher-charcutier de la place du Général-de

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

02

12 2014

Cyril, boucher, prépare la St-André avec ses tripes

Cyril Vrac a préparé 80 kg de tripes pour la dégustation et 40 kg seront en vente, ce samedi, lors de la foire Saint-André.

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

02

12 2014

Les paupiettes de la Boucherie primées

Christophe Duc décroche deux médailles d’or au concours régional à Sainte-Luce-sur-Loire.

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

24

11 2014

Gastronomie à Alençon. Des confréries défilent en ville samedi

La Commanderie des Fins Goustiers du Duché d’Alençon tient son chapitre 2014, ce samedi à Saint-Germain-du-Corbéis. La réunion sera suivie d’un défilé.

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

22

11 2014

La Ferté-Frênel Concours du Meilleur ouvrier : Mathieu Rouvrais se frotte à l’excellence

Installé dans la rue principale de La Ferté-Fresnel, Mathieu Rouvrais, boucher, postule pour décrocher le concours de meilleur ouvrier de France.

Source: www.lereveilnormand.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

18

11 2014

Longny-au-Perche Les rois des terrines à l’heure des récompenses

Avec 183 participants, le championnat de France des terrines, une spécialité du pays de Longny, s’est révélé un excellent cru.

Source: www.le-perche.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

18

11 2014

L’artisanat se féminise petit à petit – Devenez artisan avec 20 Minutes – 20minutes.fr

Les femmes font leur place dans l’artisanat petit à petit, en particulier dans des métiers réputés masculins, grâce à une sensibilisation accrue.

Source: www.20minutes.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

18

11 2014

De nouveaux bouchers s’installent rue de la Mer

La boucherie au 31, rue de la Mer vient de rouvrir : les époux Thierry et Isabelle Besnier succèdent aux époux Aubril avec deux salariés à temps plein. «

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

16

11 2014

Ouverture de Provenc’Halles au kilomètre lancé

Un nouveau concept de halle fraîcheur, Provenc’Halles, s’est installé avenue de Cournon, à Aubière. Boucher, boulanger, fromager, primeur et traiteur sont réunis.

Source: www.lamontagne.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

13

11 2014

Vitrine : la boucherie Robenard à la place de Mickaël Folliot

La nouvelle était connue depuis quelques semaines. Mickaël Folliot avait vendu. Un mouvement de plus dans les commerces percyais depuis plusieurs mois. Qui

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

13

11 2014

Une blonde sérieusement suivie à la trace

Deux fois par an, Georges Lemaitre, de la boucherie des Thébaudières, invite un éleveur à venir rencontrer ses clients.

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

13

11 2014

Pour Monsieur Jean, l’heure de la retraite n’a pas sonné

PortraitAlors que cet homme de 62 ans pourrait profiter pleinement de sa retraite, Jean Jousset a repris du service.Après trois années d

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

13

11 2014

Le boucher-charcutier Frédéric Giraud est installé depuis deux ans place de la République

Frédéric Giraud n’a pas le temps de souffler sur le marché. Entre 7 et 13 heures, il découpe, pèse et sert de la charcuterie maison et de la viande qui provient de la région.

Source: www.lamontagne.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

09

11 2014

Artisan boucher un métier qui a la côte

Quand un boucher parle de sa passion, on reste d’abord bouche bée, puis l’on salive à l’idée de déguster un morceau de bœuf. Rencontre avec Jean Pastor, boucher de Ramonville. Être artisan boucher, qu’est-ce que cela signifie ? On travaille la …

Source: www.ladepeche.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

09

11 2014

Quillan : Tradition de père en fils à la boucherie Bigou

La boucherie Bigou met à la vente cette semaine la génisse qui a remporté le 2e prix du concours d’animaux gras de la foire d’Espezel. Voilà une maison qui s’est forgée une solide…

Source: www.lindependant.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

07

11 2014

Centre de loisirs. Découverte de la boucherie

Jeudi après-midi, huit enfants, âgés de 7 à 9 ans du centre de loisirs de Lamballe, découvraient les coulisses de la boucherie-charcuterie Gérel,…

Source: www.letelegramme.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

06

11 2014

Résultats Google Recherche d’images correspondant à http://www.letelegramme.fr/images/2014/10/31/centre-de-loisirs-decouverte-de-la-boucherie_2132868.jpg

Le Bignon. L’actualité en direct, en continu et en images pour Le Bignon sur Ouest France.fr

Le Bignon L’actualité locale, classements et résultats sporifs. L’actualité des communes voisines. Nantes. Les résultats des élections.

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

06

11 2014

La boucherie de la Mer reçoit un prix national de tripes

Pour la seconde année consécutive, la boucherie de la Mer, tenue par Benoit Massus, reçoit le grand prix national de tripes, méthode artisanale, lors du

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

06

11 2014

Médaille d’argent pour les bouchers de la rue de Nantes

Médaille d’argent pour les bouchers de la rue de Nantes

Source: www.ouest-france.fr

Notre Nini Ornaise est bien là 

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

06

11 2014

La mention d’honneur pour la boucherie Lurson

Dans le cadre du concours La tripière d’or, organisé tous les ans à Caen, la boucherie-charcuterie Lurson, située au 19, rue de la République, a remporté la

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

03

11 2014

Le meilleur boudin blanc : les résultats du concours

La qualité était au rendez-vous, dimanche, au concours organisé par la confrérie des Compagnons du Boudin blanc d’Essay. Il en ressort que le meilleur boudin

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

31

10 2014

Boucher, charcutier et traiteur

Il n’y avait plus de magasin de boucherie-charcuterie traditionnelle dans la commune, depuis la fermeture pour départ en retraire de la maison …

Source: www.estrepublicain.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

29

10 2014

Vitrine. Éleveurs, bouchers et charcutiers

Depuis vendredi, Brieuc et Graziella Clorennec ont ouvert La Boucherie de l’éleveur, anciennement Charcuterie Le Gall. Déjà à la tête de la…

Source: www.letelegramme.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

28

10 2014

La boucherie charcuterie redémarre son activité

Fermée depuis décembre 2013, la boucherie-charcuterie de la rue Jean-Dumas a rouvert ses portes à la clientèle, mercredi dernier. Julien Cordier, 25 ans,

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

28

10 2014

Une distinction pour le boucher Guaillord Morin

Pour sa 1re participation au concours de la Tripière d’Or qui s’est déroulé à Caen (147 participants), le dimanche 12 octobre, Guaillord Morin a

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

28

10 2014

Un prix national à la boucherie Durville

Au 62e Tournoi International de la meilleure tripe à la mode de Caen, de la Tripière d’or, Christophe Durville, patron de la boucherie Durville,

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

27

10 2014

1ère rentrée pour les CQP Boucher Carrefour

Le CQP Boucher est une formation qualifiante mise en place pour permettre à des salariés de chez Carrefour d’apprendre le métier de Boucher. Ils sont 8 de tout l’Ouest à avoir débuté ce lundi 6 Octobre 2014.

Source: www.3ifa.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

13

10 2014

Une nouvelle boucherie charcuterie dans le bourg

Steeve Cupif, Landais depuis une trentaine d’années, vient d’ouvrir « La boucherie landaise » place de l’église. Une façade très colorée qui a du peps et

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

08

10 2014

Berd’huis Le Grand prix national de la Foire au boudin pour Damien Franchet

Le boucher berd’huisien a réalisé une énorme performance en remportant le plus prestigieux des prix de la Foire au boudin de Mortagne-au-Perche.

Source: www.le-perche.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

08

10 2014

La boucherie du Château propose un pâté spécial et unique

La boucherie du Château propose un pâté spécial et unique

Source: www.lechorepublicain.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

07

10 2014

Jennifer a été embauchée en grande surface

Jennifer Gillot, 19 ans, apprécie d’avoir choisi cette branche professionnelle.« À 16 ans avec mon brevet des collèges, je me suis dirigée vers l

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

04

10 2014

Réouverture du Petit commerce

Après trois semaines de fermeture, le Petit commerce d’Echauffour vient de rouvrir ses portes. Joseph Termini, dit « Benoît », est au labo de la boucherie

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

21

09 2014

Gilles Prévost est champion de France des tripes

Dans la boucherie-charcuterie de Gilles Prévost, il y a autant de coupes que de saucissons. Quand il a déménagé sa boutique au centre du bourg, il avait

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

21

09 2014

Une nouvelle boucherie charcuterie dans le bourg

Steeve Cupif, Landais depuis une trentaine d’années, vient d’ouvrir « La boucherie landaise » place de l’église. Une façade très colorée qui a du peps et

Source: www.ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

19

09 2014

. Messei – Plus de boucherie-charcuterie dans la commune « Article …

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

Avec la fermeture de la boucherie-charcuterie-traiteur de la rue Jean-Dumas, la commune de Messei a perdu ce dernier commerce spécialisé dans les métiers de bouche. Beaucoup d’habitants regrettent cette dispatition.

See on www.lornecombattante.fr

26

03 2014

Un trophée pour Thierry Chanu, boucher charcutier

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

Après avoir participé au championnat mondial de la tripière d’or pour les tripes à la mode de Caen, et obtenu la seconde place, avec un grand prix

See on www.ouest-france.fr

27

02 2014

Concours régional des meilleurs apprentis bouchers

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

Les meilleurs apprentis bouchers de Basse-Normandie étaient réunis la semaine dernière au centre de formation 3Ifa. L’enjeu, une qualification au championnat

See on www.ouest-france.fr

27

02 2014

Un local neuf pour la Boucherie du Penthièvre à Lanjouan , Lamballe 10/05/2013 – ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

Un local neuf pour la Boucherie du Penthièvre à Lanjouan Lamballe 10/05/2013 Ouest-France

Christophe Paumier Gasse‘s insight:

La boucherie du Penthièvre, déjà installée dans la zone de Lanjouan, vient de déménager dans un nouvel espace beaucoup plus grand, route de Plancoët. « Tout a été multiplié par trois, précisent les patrons, Bruno Quintin et sa femme Karine. Lavitrine, le labo, en fait, toute la superficie. De plus, nous réalisons, désormais, des plats du jour. »

Ceci dit, cette grande boucherie reste traditionnelle. Toute la viande arrive en carcasse et est débitée sur place, par les treize employés.

Elle est ouverte du mardi au samedi, de 6 h à 13 h et de 14 h à 19 h 30. « Le vendredi et le samedi, c’est journée continue ! »

Les clients peuvent y trouver de la viande de porc, de boeuf, de veau, d’agneau,de la volaille et de la charcuterie fabrication « maison ». Au détail ou en demi-gros. La boucherie propose également la confection de buffets froids.

Boucherie du Penthièvre, ouverte du mardi au samedi, vendredi et samedi en continu. située dans la zone de Lanjouan, route de Plancoët. Tél. 02 96 31 36 04.

See on www.ouest-france.fr

29

05 2013

Rouen : il est boucher la journée, éleveur le soir – Tendance Ouest

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

Quand il se lève à cinq heures trente du matin dans sa ferme d’Ecretteville-lès-Baons, près d’Yvetot, une très longue journée attend Didier Avenel.

Christophe Paumier Gasse‘s insight:

A 7 heures, on le retrouve dans sa boucherie de la rue Armand Carrel, à Rouen, en train de trancher la viande et préparer l’étalage. A midi, le revoilà  dans le Pays de Caux pour nourrir ses bêtes puis retour à Rouen jusqu’à 20 heures. A la nuit tombante, il chausse à nouveau ses bottes et va bichonner ses quelque cinquante vaches. "Il faut être cinglé pour faire ça", lâche le quinquagénaire, dans son tablier rayé, au milieu de dizaines de médailles, de photos de ses "beautés" et même un veau empaillé.

"La boucle est bouclée"

On l’ignore, mais Didier Avenel fait partie d’une espèce en voie d’extinction, celle des bouchers-herbagers. Il vend la viande issue de son élevage. Côté traçabilité, les clients savent à quoi s’en tenir. Dans ses prairies, paissent des bêtes de races normande et blanc bleu.

"J’ai une passion pour la race normande, ses qualités gustatives, son petit goût persillé", lâche-t-il. Une passion débordante transmise à sa fille, Cristal, 17 ans. La semaine dernière, au concours national de race blanc bleu de Steenvoorde, dans le Nord, les Avenel père et fille ont obtenu un premier et troisième prix. Deux trophées de plus après une année parfaite dans la catégorie race normande : les prix de championnat et de la meilleure bête aux concours de Cany, Yvetot et Forges-les-Eaux.

"Rentré chez moi après une grosse journée de travail, j’enfile mes bottes, je pars à l’étable et c’est comme ça que je me détends. C’est le remède", confie Didier Avenel. "La bête, on la cajole à la ferme puis on la retravaillera un jour devant le client". Toujours avec amour. La boucle est bouclée.

See on www.tendanceouest.com

29

05 2013

Une rôtissoire à la boucherie de la place , Le Sap 27/04/2013 – ouest-france.fr

See on Scoop.itBoucher Information Communication Boucherie Nationale et Internationale

Ouest-France

Christophe Paumier Gasse‘s insight:

Depuis décembre Jean-Luc Grégoire, boucher charcutier, a pris boutique sur la place de la mairie, à l’angle de la rue du commerce. Pour satisfaire sa clientèle il a décidé d’élargir sa plage horaire et de proposer des produits rôtis le dimanche, poulets et autres volailles, rôtis de porc, poitrine, jambonneau.

De plus, à compter du vendredi 10 mai la boutique de Jean-Luc Grégoire, boucher, charcutier traiteur sera également ouverte le vendredi après-midi « avec des spécialités barbecue pour les week-ends ensoleillés, saucisses au roquefort, savoyarde et bien sûr normande au… Camembert ! »

Ouvert les mardis et jeudis de 8 à 13 h ; vendredi et samedi de 8 h à 12 h 30 et 15 h 30 à 19 h et le dimanche de 8 h à 12 h 30. Commandes par téléphone au 02 33 24 68 70.

See on www.ouest-france.fr

29

05 2013

DYLAN DANOT Concours MAF France 4ème 3ifa Orne Basse Normandie

Félicitation à Dylan Pour son classement au MAF concours du meilleur apprenti France Boucher boucherie à Joué les tour

09

04 2013

concours du boudin noir Mortagne 2013

20

03 2013

Perche. A Saint-Julien-sur-Sarthe la boucherie transformée en logements

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

L’idée est originale et permet à la commune de réhabiliter d’anciens bâtiments.

Christophe Paumier Gasse‘s insight:

une de moins

See on www.le-perche.fr

08

03 2013

Twitter / UVBoucherie: Miser sur la formation c’est …

3IFA Orne Boucherie Alencon Basse Normandie

Mr Chevallier le mesle sur sarthe

04

03 2013

ABC de la langue française Argot/Alliot (David). Larlépem-vous louchébem ?

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

Notice de Alliot, Larlépem-vous louchébem ? L’argot des bouchers

Christophe Paumier Gasse‘s insight:

Présentation officielle de l’éditeur : « L’argot des bouchers offre l’étrange particularité de mélanger deux formes de langage. Le premier, jargon professionnel datant du Moyen-Âge, définit les différents aspects du métier, comme les pièces de viande et la qualité des animaux. Le deuxième, le fameux louchébem ou “largonji des bouchers” qui, s’il n’est plus guère parlé que par les “vieux” bouchers coulant une paisible letraiteruche, reste nimbé de mystère. Depuis le XIXe siècle, il leur permet de se comprendre entre eux, souvent au détriment d’un lonquess (un con, un client grincheux) qui repartira avec un morceau avarié… Reste un langage original, parfois très explicite, truffé de chameaux à satisfaire, d’asticots à former, de belles-mères tranchantes à utiliser, et de crevards à refourguer… »

See on www.languefrancaise.net

25

02 2013

Sarthe. A la boucherie chevaline : « Notre viande, on sait d’où elle vient »

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

A Fresnay, Michel et Chantal Collet vendent du cheval depuis 39 ans. Jamais de bœuf.
Rue Bailleul, en plein centre-ville du vieux Fresnay, Michel Collet vient de garer son camion.

Christophe Paumier Gasse‘s insight:

A Fresnay, Michel et Chantal Collet vendent du cheval depuis 39 ans. Jamais de bœuf.

Rue Bailleul, en plein centre-ville du vieux Fresnay, Michel Collet vient de garer son camion. Tournée terminée ! Ce matin, une nouvelle fois, il s’est levé à trois heures pour charger le frigo mobile : « C’est 18 communes par semaine plus un marché, celui de Beaumont. Moi je suis au volant alors que ma femme est à la caisse, au magasin. La semaine, chez nous, c’est 110 heures de boulot chacun. Pour travailler le cheval, faut pas être fainéant. »

« Je n’ai pas besoin de trader pour écouler ma viande »

Michel et Chantal Collet et leur vitrine sont les derniers survivants d’une race qui s’est éteinte au fil des années. Celle des bouchers chevalins. Le boulot, ils connaissent.

La traçabilité aussi. Alors l’affaire de la viande de cheval retrouvée dans des lasagnes de bœuf, Michel et Chantal, cela les ferait presque rire. Pour eux, ce genre d’accident est devenu quasiment inévitable. Michel tape du poing sur l’étal : « Ce sont des pratiques de voyous. Vous pouvez m’expliquer, vous, pourquoi ils ont besoin de traders boursiers pour écouler leur viande. Ils s’en foutent de la provenance. Ce qui compte, pour eux, c’est uniquement le fric ».

« Attaquer un bœuf ou un cheval, c’est très différent »

Mais le couple a confiance. Au-dessus de la machine à découper le jambon, dans la boutique, un slogan invite le client à découvrir toutes subtilités de la spécialité locale :« Mangez du cheval, vous gagnerez au tiercé », promet l’affiche.

Plus sérieusement, le couple de bouchers chevalins avance d’autres arguments pour vanter ses mérites : « Quand t’es boucher, attaquer un cheval ou un bœuf, ce n’est pas du tout la même chose. T’as beau avoir les mêmes outils, les mains sont différentes. le cheval, c’est vraiment une profession. C’est dommage que certains la galvaudent. »

Michel achète lui-même ses trotteurs, des trotteuses de préférence, à ses fournisseurs de la région : « J’en ai une dizaine de fidèles, répartis sur l’Orne, la Mayenne et la Sarthe et je leur achète deux ou trois chevaux par mois. Ils sont abattus à Alençon et c’est moi qui les découpe. La viande de cheval, quand c’est bien travaillé, c’est beaucoup plus fin et beaucoup plus tendre que le bœuf. »

Michel et Chantal vivent de leur art depuis 1974 : « Mais moi », poursuit Michel, « j’ai été formé par mon père, qui était boucher chevalin à La Flèche. Avec mes deux frères Thierry et Hubert, nous avons appris dès l’âge de 14 ans toutes les subtilités de la découpe ».

« Faire manger du cheval à un Anglais, c’est pas facile »

Aujourd’hui, les clients de Michel et Chantal ne changeraient de bouchers ni de viande pour rien au monde. « Dans notre domaine, on doit pas être mauvais puisque des gens viennent de Lyon et même de plus loin pour passer commande. On a même des clients anglais. Et je vous assure, pour faire manger du cheval à un Anglais, faut pas passer par la Roumanie. À moins de tricher. Mais ça nous, on ne sait pas faire ».

Chantal et Michel Collet vont bientôt décrocher des esses : « On voudrait transmettre notre affaire. Mais le cheval, c’est du boulot et les repreneurs ne se bousculent pas. Je vais avoir 60 ans et j’ai l’impression que je n’en ai pas encore fini avec mes trotteurs. Quand on aime… »

Jean-Benoit GAYET

See on www.lemainelibre.fr

16

02 2013

Didier reçoit la médaille d’argent pour ses rillettes ! , Le Gué-de-la-Chaîne 12/02/2013 – ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

Didier reçoit la médaille d’argent pour ses rillettes Le Gué-de-la-Chaîne 12/02/2013 Ouest-France

Christophe Paumier Gasse‘s insight:

Installé depuis trois ans sur la commune, Didier Alexandre le boucher-charcutier du village, participe régulièrement à des concours, il vient d’être primé au concours national des meilleures rillettes qui s’est tenu à Mamers.

« C’est ma troisième participation à ce concours, l’an dernier j’avais eu la médaille d’argent en catégorie boucher-charcutier, et cette année j’ai de nouveau obtenu la médaille d’argent. Cela fait toujours plaisir de voir son travail reconnu. La remise officielle aura lieu le 17 mars, pendant les 3 jours de Mamers. »

Une reconversion

Pour Didier Alexandre, le métier de boucher est une reconversion entamée à 46 ans. « Avant j’étais commercial dans une société de fabrication d’engins agricoles, mais en parallèle je faisais un peu d’élevage de porcs chez moi. Et je transformais en charcuterie et boudin. Quand ma boîte a fermé, je me suis dit que c’était le moment de sauter le pas ! J’ai suivi les cours de l’école supérieure des Métiers de la viande à Paris, pendant un an, et je me suis ensuite installé à Senonches, avant de venir ici. »

Mais Didier Alexandre trouve le village « très calme » voire trop. Il n’y a pas assez de passage à la boutique. « Les habitants ne soutiennent pas leurs commerces, si ça continue comme ça, il n’y en aura bientôt plus ! En ce qui me concerne j’ai eu des propositions intéressantes, et il n’est pas dit que je n’y réponde pas favorablement ! »

See on www.ouest-france.fr

14

02 2013

Des formules « repas + visite » au château , Carrouges 12/02/2013 – ouest-france.fr

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

Ouest-France

Christophe Paumier Gasse‘s insight:

Vendredi dernier, Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux, et Jean-Marc Bouré, administrateur du château de Carrouges, ont renouvelé la convention qui lie depuis plusieurs années le château à la SARL Bignon, traiteur à Carrouges.

« Soucieux d’attirer toujours plus de public au château et d’offrir de nouvelles formules de visite, le CMN encourage ces initiatives locales à condition qu’elles soient de qualité. Le charme des monuments, la présence des vieilles pierres et du feu de bois parachèvent l’intérêt de l’alliance du culturel et du culinaire », déclare Jean-Marc Bouré. Fort du succès de la formule déjeuner + visite, petit-déjeuner + visite ou collation + visite, le CMN étend désormais son offre au dîner + visite.

Ces formules sont réservées aux groupes de 20 personnes, associations ou familles. Les tarifs oscillent entre 26 € et 50 € par personne pour le repas et la visite.

See on www.ouest-france.fr

14

02 2013

Le steak haché surgelé Charal, un best-seller produit à Flers (Orne/61) | OF Entreprises

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

Dans la galaxie Bigard-Socopa, le fleuron du steak haché surgelé, c’est l’usine Charal. Une usine qui étale ses chaînes de fabrication en pleine ville de Flers, dans l’Orne.

See on www.entreprises.ouest-france.fr

12

02 2013

Selection regionale MAF Dylan Danot Finaliste pour le FRANCE ( ORNE BASSE NORMANDIE )

11

02 2013

3IFA Alençon Section Boucherie Orne Basse Normandie Boucherie

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

Section Boucherie 3IFA. Blog de la Section Boucherie du 3IFA Alençon . … Grand Prix Internalional de la Tripiére D’or 2012 60eme Concours Boucher Orne Basse Normandie … boucherie 3ifa alencon apprentissage …

See on cpaumiergasse.adverbe.net

09

02 2013

Section Boucherie 3ifa Remise des diplomes Confédération …

See on Scoop.itSection Boucherie 3IFA Alencon Orne Basse Normandie

Section Boucherie 3IFA. Blog de la Section Boucherie du 3IFA Alençon . … Boucherie Orne Basse Normandie Boucherie Durville Vimoutiers · Apprentissage Boucherie Orne Basse Normandie Alençon Apprentissage → …

See on cpaumiergasse.adverbe.net

09

02 2013

3ifa section boucherie ALENCON ORNE BASSE NORMANDIE

Coupe Blonde d’Aquitaine

07

02 2013

3ifa Alençon Orne 61 Basse Normandie BOUCHERIE

BOUCHERIE LEHOULLES GILLES ORNE BASSE NORMANDIE 61

16

01 2013

3ifa Alençon Orne 61 Basse Normandie BOUCHERIE

BOUCHERIE CHEVALLIER LE MELE SUR SARTHE 61 ORNE BASSE NORMANDIE

16

01 2013

3ifa Alençon Orne 61 Basse Normandie BOUCHERIE

boucherie le SAP 61 ORNE

16

01 2013

3ifa Alençon Orne 61 Basse Normandie BOUCHERIE

LEPRINCE FLERS BOUCHERIE OUVERTURE

16

01 2013

3ifa Alençon Orne 61 Basse Normandie BOUCHERIE

XAVIER GUILLOT BOUCHERIE MESSEI 61

16

01 2013

Apprentissage Boucherie Orne Basse Normandie Alençon Apprentissage

Apprentissage Boucherie Orne Basse Normandie Alençon Apprentissage

Apprentissage Boucherie Orne Basse Normandie Alençon Apprentissage

Mon Métier « Boucher » Orne Basse Normandie Apprentissage Alençon

12

12 2012

Section Boucherie 3ifa Remise des diplomes Confédération Boucherie session 2012 Orne Basse Normandie

remise des diplomes par la confédération aux lauréats des patrons Chambre des metiers Boucherie du 3ifa

31

10 2012

3IFA Alençon Section Boucherie Orne Basse Normandie Boucherie Durville Vimoutiers

Grand prix international à la boucherie Durville

23

10 2012

Grand Prix Internalional de la Tripiére D’or 2012 60eme Concours Boucher Orne Basse Normandie

12

10 2012

Disparation Guy Martin Charcutier Trun ORNE Basse Normandie

12

10 2012

Championnat d’Europe du meilleur Boudin Blanc 2012 Catégorie BOUCHER Secteur ORNE Basse Normandie

12

10 2012

Chaudieu, Le langage des bouchers, 1951

Référence (1951)
•1951 – Georges Chaudieu, Achille Bonneville, Léon Morel. Le langage des bouchers, dont, plus particulièrement, le langage employé á Paris, dans les abattoirs, dans les étaux et sur les marchés des viandes et du bétail. Préface de G. H. Rivière. Paris, J. Peyronnet, 1951. in-12 broché, couverture ill. d’une représentation du marché aux bestiaux de Poissy vers 1830, 60 pp. (Source : Noll ; etc.)

Commentaire (1951)
1.Ventes ebay
1.n°380132536177 du 21/06/2009 à 11,60 euros, bon ex.
2.n°160526031026 du 13/01/2011 à 62,55 euros.

——————————————————————————–

Citer cette page → « Chaudieu (Georges). Le langage des bouchers », ABC de la langue française, (contributeur(s) : gb ; version n°6 du 2011–01–14 ; consultée le 2012–10–11)

——————————————————————————–

11

10 2012

Entretien avec Joy Sorman. De la boucherie considérée comme un des beaux-arts.

Entretien avec Joy Sorman. De la boucherie considérée comme un des beaux-arts.
Mots clés : littérature, entretien, livre, joy sorman,

La viande dans tous ses états, thème du dernier livre de Joy Sorman, qui pousse le réalisme jusqu’au retour à 
la mythologie. Joy Sorman avait attiré l’attention des lecteurs avec des livres qui allaient loin dans des univers engageant la personne tout entière, la musique, le sport, les métiers.

On se souvient en particulier de Gros Œuvre, approche à niveau d’œil du monde du bâtiment, ou de La jeunesse, tu l’aimes ou tu la quittes. Dans Comme une bête, elle franchit le pas qui la séparait de la fiction en s’attachant au personnage de Pim, qu’on suit depuis son entrée au centre d’apprentissage de la boucherie jusqu’à l’aboutissement délirant d’un fantasme qui l’habite depuis ses débuts et finit par l’emporter. Solidement documenté, le roman happe le lecteur, l’entraîne dans un parcours aussi inexorable que celui des carcasses qu’il suit au plus près. Joy Sorman sait, en restant au plus près du réel décrit avec une minutie sans concession, faire vivre cet homme, artisan idéal jusqu’à l’extrême perfection du geste, qui cherche un au-delà à sa quête professionnelle dans un impossible retour aux origines de la passion de l’humanité pour la viande. Elle s’explique pour nous sur cette étape dans son œuvre.

Votre livre continue une trajectoire centrée sur 
le métier, dont on retrouve gestes, outils et mots, mais, 
ce qui est nouveau, approche une personne.

Joy Sorman. Une des origines du livre était de continuer à explorer, après Gros Œuvre et Gare du Nord, des mondes professionnels et des lexiques qui m’étaient étrangers, radicalement. Quand j’ai commencé à écrire, j’étais dans une veine très documentaire, dans la continuité de mes précédents livres, très axés sur le métier, ses techniques, son vocabulaire. J’avais l’impression de me répéter, et j’ai décidé de regarder de plus près le personnage. Au départ, il s’appelait Paul, un prénom banal, et n’était que le support de son métier. Et à mi-parcours, je me suis dit que ça ne devait pas être anodin pour lui de découper des bêtes. J’ai décidé de changer son nom, de l’appeler Pim et d’en faire un personnage de roman. Notez que c’est la première fois que le mot roman apparaît sur un de mes livres qui est plus une fable documentaire qu’un roman, à vrai dire. Mais le passage au personnage s’est fait parce que je ne voulais pas me contenter de décrire ce qui se passe dans la boucherie. C’est quelque chose qui engage trop de l’histoire de l’humanité et ses fantasmes, l’anthropologie, l’économie, la métaphysique, pour qu’on puisse se passer d’un personnage qui porte ces enjeux, ces angoisses. Voilà pourquoi Pim est né.

Vous avez donc été jusqu’au bout de ses fantasmes, de son engagement dans son métier, dans la viande. Pourquoi avoir choisi une personnalité aussi extrême. Il y a déjà eu 
des livres sur des bouchers…

Joy Sorman. Ils terminent souvent meurtriers de femmes, d’ailleurs.

Justement Pim n’est pas un de ces névrosés habituels…

Joy Sorman. Je lis beaucoup, je rencontre beaucoup de gens quand je prépare un livre. Ce travail de documentation, qui accompagne l’écriture, est essentiel. J’ai rencontré des bouchers, je suis entrée dans des chambres froides, je suis allée à Rungis et j’ai lu Élisabeth de Fontenay, Derrida, Lévi-Strauss, des ouvrages de philosophie et d’anthropologie sur nos relations avec les animaux, sur le cannibalisme. J’ai été moi-même débordée par tout ce que ce sujet entraîne sur notre rapport à l’animal, à la chair, au sacrifice. Finalement, c’est ma propre obsession que j’ai reportée sur Pim. Ma folie est devenue la sienne, en passant de l’intellectuel au charnel. Ce livre est né de mon propre trouble devant cet abîme ouvert par ces questions de vie, de mort, de souffrance.

Deux choses échappent 
à l’univers professionnel, 
la dimension symbolique 
et l’hyperréalisme du récit 
sur la viande en tant que matière, couleur, odeur, goût et même son.

Joy Sorman. Ce qui m’intéresse avant tout dans l’écriture, c’est la description. Un de mes projets était de m’approcher le plus possible de cette réalité de la viande. Quand je suis allée à Rungis, j’ai vu des centaines de carcasses alignées, pendues à des rails. On pense à Soutine, à Rembrandt, à Bacon, il y a quelque chose de pictural dans cette scène. Ce travail de description enclenche l’écriture, de plus, cette obsession descriptive entraîne Pim dans la folie. À force de regarder, d’essayer de capter les sons, les odeurs, les textures, les saveurs, les couleurs, sans y arriver parce qu’on n’y arrive jamais, j’ai compris que la folie de Pim venait de cette proximité avec la matière, de son incapacité à la quitter des yeux. Au fil du roman, le délire de Pim est venu.

La précision n’est jamais en défaut, ancrée au départ dans le monde professionnel, à la fin dans la description minutieuse de son comportement que nous jugeons fou. Ainsi il reconnait le morceau au toucher.

Joy Sorman : Si je ne reste pas collée à la matière, mon écriture déraille. La description est mon garde-fou. La folie peut être un développement des sens vers une hyper acuité, une attention excessive aux choses.

On reste dans le langage professionnel du début à la fin, même dans le délire. Ainsi, la liste des couteaux qu’il compte employer pour un projet délirant.

Joy Sorman : Et encore, je n’ai pas mis la liste intégrale des couteaux utilisés en boucherie ! L’hyperréalisme du début rend possible la fantaisie de la fin. Mais la précision professionnelle est la colonne vertébrale du roman, l’axe à partir duquel je me permets des embardées vers la fiction, des visions, des fantasmes, des explorations.

L’un des fils conducteurs, 
c’est le corps de Pim, et il est assez peu typique…

Joy Sorman. Je ne voulais pas d’un corps bien rond, bien lourd, un boucher cliché. Je suis allée à l’école des apprentis, Porte-Dorée, et j’y ai vu des jeunes gens avec le corps emprunté des ados, voûtés, les bras trop longs. J’ai voulu que Pim garde cette silhouette, mince avec des doigts effilés. Je voulais un corps un peu abstrait, capable de se transformer, comme celui des sorciers, des chamans, et un corps très réel de travailleur manuel, que le travail façonne, les mains grossissant et s’arrondissant jusqu’à ressembler à la chair qu’elles découpent.

Et il y a cet énigmatique don des larmes

Joy Sorman : Je ne voulais pas un boucher à la Chabrol, un boucher tueur, ni quelqu’un de fragile psychologiquement. J’ai donc pensé à ces crises de larmes, que rien ne rattache à une émotion précise. Cela donne un signe de sensibilité sans la facilité de l’explication psychologique. Il dit que c’est une maladie. Mais personne n’y croit. Je voulais cette ambigüité

Il est un peu retranché de l’humanité, avec ce corps, ces larmes, ces réactions. Vous dites que c’est un ange qui parle aux vaches normandes.

Joy Sorman : Je voulais à la fois qu’il soit le meilleur, qu’il y ait une coïncidence parfaite entre lui et son métier, et que cette adéquation se dérègle. Il tourne de l’œil à l’abattoir, devient presque amoureux d’une vache, trop de proximité perturbe cette perfection. Et cela introduit cette question insoluble : nous aimons les animaux et nous les mangeons.

Pour lui, la bonne distance c’est la fusion.

Joy Sorman : Le motif troublant, c’est que sans la peau, il n’y a aucune différence entre la chair humaine et la chair animale. Lui, quand il fait l’amour, il suit sur le corps de la femme les muscles de l’animal. Toute son existence se résorbe dans son activité de boucher. L’individu se dilue totalement et la seule médiation se fait avec les bêtes et non les hommes. En ce sens, il est sans psychologie.

Il va du réel au mythe sans transition. Et pourtant, il lit beaucoup

Joy Sorman : Il ne lit que ce qui a un rapport à son métier. De même que mon but -et c’est pour cela que j’ai lu tout ce que j’ai pu- était d’embrasser toutes les dimensions de cette activité, techniques, sociales, anthropologiques, il a une volonté d’exhaustivité. Mais il ne lit pas pour réfléchir, pour se poser des questions. D’ailleurs quand j’ai rencontré des bouchers, ils réagissaient de la même façon. Aucun n’a eu de discours théorique. Aux questions que je leur posais, ils répondaient « vous ne demanderiez pas cela à un mécanicien. »

La visite aux abattoirs est 
le moment central du livre.

Joy Sorman. C’est le lieu caché, celui où on n’a pas le droit d’aller. C’est le théâtre des sacrifices, le moment de la vérité de la boucherie. C’est là que Pim est confronté à un choix, et c’est là qu’on voit que Pim est quelqu’un de très particulier. D’abord, parce que c’est un spectacle très impressionnant. Ensuite, parce que, malgré toutes les précautions, l’insensibilisation des animaux, il y a une grande violence. Mais la littérature permet d’y aller.

Ce que vous montrez, 
c’est la viande comme produit d’un véritable usinage. 
Il y a une division des tâches, un fordisme montage-démontage…

Joy Sorman. Cette déshumanisation du travail à la chaîne vaut pour l’abattage comme pour tout. C’est pourquoi je fais le rapport avec le fordisme. Les premières chaînes ont été créées avant l’automobile, aux abattoirs de Chicago. C’est très usant mais cela rend le travail abstrait, crée de la distance entre l’homme et l’animal. Le sens du geste est dissout dans les spécialités. On ne sait pas à proprement parler qui a la responsabilité de tuer la bête

C’est une chaîne 
de démontage, en fait.

Joy Sorman. Oui, et la trajectoire de Pim peut se lire comme le fantasme d’un « remontage », d’un retour aux sources mythologiques où il n’y avait pas de séparation entre l’homme et l’animal, une impossible synthèse entre la chasse, la tuerie et la consommation de la bête. Pim refait à l’envers le parcours de la modernité, et cela n’est possible que dans les livres, ou dans la folie.

•Ceci est la version longue de l’entretien publié dans l’Humanité du jeudi 4 octobre.
Entretien réalisé par Alain Nicolas

04

10 2012

le président fondateur de la Socoboma André Simon est décédé

La boucherie manchoise en deuil : le président fondateur de la Socoboma André Simon est décédé
André Simon, le président fondateur de la Socoboma, société coopérative des bouchers de la Manche et ancien secrétaire général du syndicat de la boucherie-charcuterie traiteurs de la Manche, est décédé subitement ce jeudi midi, à l’âge de 77 ans. Ce jeudi soir, le conseil municipal d’Agneaux lui a rendu hommage, lui qui y avait été adjoint, puis conseiller municipal avant de démissionner il y a deux ans. Lors de son départ de la municipalité agnelaise en novembre 2010, il confiait dans nos colonnes : « J’ai été élu pour la première fois conseiller municipal en 1983, dans l’équipe d’Edmond Piedagnel. Après vingt-sept ans d’action municipale et un cinquième mandat en cours, j’ai estimé qu’il fallait un peu laisser la place. » Et il rappelait qu’il n’allait pas s’ennuyer. « Je vais continuer de me consacrer à mon activité de chef d’entreprise, comme président du conseil de surveillance de la SA Socoboma. »

28

09 2012

3 ifa Section BOUCHERIE Intégration 1A avec 2A Gr A 2012

20

09 2012

Cartes de Visite BOUCHERIE ORNE 61 BASSE NORMANDIE (en construction)

14

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE LA COOPERATION 61 ORNE BASSE NORMANDIE

14

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE DIDRICHE DOMFRONT ORNE 61 BASSE NORMANDIE

14

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE LIGER YANIS MIREPOIX

14

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE FRANCHET BERD’HUIS ORNE 61 BASSE NORMANDIE

14

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE AUBE 61 ORNE BASSE NORMANDIE

14

09 2012

3ifa Paumier Gasse Christophe Alençon 61 Orne Basse Normandie

14

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE TRIPIED MORTAGNE AU PERCHE ORNE 61 BASSE NORMANDIE

14

09 2012

3ifa BOUCHERIE SAINT OUEN SUR ITON ORNE 61 BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa BOUCHERIE MOUTIERS AU PERCHE ORNE 61 BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa BOUCHERIE BRETONCELLE ORNE 61 BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa BOUCHERIE ECHAUFFOUR ORNE 61 BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE BOURG LE ROI

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE ARGENTAN 61 ORNE BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE VIMOUTIER 61 ORNE BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE VASSY FLERS 61 ORNE BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE CEAUCE 61 ORNE BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE SAINT MARD DE RENO 61 ORNE BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE PUTANGES 61 ORNE BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE REMALARD 61 ORNE BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE MORTREE 61 ORNE BASSE NORMANDIE

13

09 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE BRODIN ARGENTAN 61 ORNE BASSE NORMANDIE

04

09 2012

Entreprise Guillaume Ramage

29

08 2012

Mr Chartrain La coopération Alençon

Pascal Mazurier et moi-même, partageons la tristesse du décès de Mr Chartrain, ancien gérant de la Coopération rue Cazot à Alençon et formateur de nombreux apprentis, toutes nos condoléances à sa famille.

15

05 2012

Une Journée avec la Cooperation Alençon

Une journée avec la coopération à Alençon by Ouest France
section boucherie 3ifa cmfao

02

05 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE BOSSARD ALENCON 61 ORNE BASSE NORMANDIE

Boucherie Bossard Claude Alençon 61 Orne
Champion Boudin Blanc EUROPE 2011

30

04 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE LA SAUVAGERE 61 ORNE BASSE NORMANDIE

Boucherie de la sauvagere Orne 61

30

04 2012

3ifa Alençon BOUCHERIE ROUVRAY LA FERTE FRESNEL 61 ORNE BASSE NORMANDIE

La boucherie De Mr Rouvray à La Ferte Fresnel Orne 61 By TF1 section boucherie 3ifa cmfao

30

04 2012

3ifa ALENCON Video sur le classement SEUROP

27

04 2012